Sujets-libres.fr

Informatique, logiciels libres, internet, humeurs et… le reste !

Qui veut contrôler internet ?

Rédigé par -Fred- Aucun commentaire
Voilà une autre conférence plus récente, de B. Bayart (président de FDN), ayant pour thème "qui veut contrôler internet ?".
On y parle gestion technique de l'internet, HADOPI, neutralité du réseau et des groupes voulant prendre le contrôle d'internet. A voir si on s'intéresse au fonctionnement d'internet.

Qui veut contrôler internet ?

--- Fred ---

Changer le DD de mon décodeur TNT (SAGEM PVR 6240)

Rédigé par -Fred- Aucun commentaire
Depuis trois ans que j'ai ce décodeur SAGEM, tout fonctionne correctement. Par contre, comme il est branché en permanence, le disque dur est fortement sollicité. J'ai donc décidé de voir s'il était possible de le changer. Les prix pratiqués sur les modèles à disque dur + double tuner m'y encouragent vivement.

Passé la phase de démontage (ne pas oublier qu'il faudra le remonter hein), on se trouve ici face à un disque dur Western Digital de 40Go en IDE. Inutile de penser installer directement un disque dur vierge. En effet, le firmware du décodeur n'y sera pas installé. Dans ce cas, et à ce que j'ai pu lire, seule une mise à jour automatique de la machine permet de charger le firmware (les mises à jour pour un produit vieillissant et déjà bien stable, c'est plus que rare).

Bref, la seule solution consiste à cloner le disque d'origine (à faire tant que le disque est fonctionnel).

Première étape, faire une image du disque. Voilà la commande sous GNU/Linux, Debian dans mon cas. A adapter selon sa config.
dd if="/dev/hda" of="/home/user/Image_decodeur_TNT.iso"
Le fichier obtenu fait 40Go environ (rien de surprenant en fait).

Seconde étape, dupliquer l'image sur un nouveau disque dur. Mon nouveau disque dur IDE fait 120Go, est totalement vierge et n'est pas partitionné (c'est un disque dur de portable que je branche via un adaptateur sur la nappe IDE).
Il est monté en lieu et place du disque précédemment copié, donc on garde "hda" mais c'est la cible cette fois.
dd if="/home/user/Image_decodeur_TNT.iso" of="/dev/hda"

Troisième étape, le test, et ça fonctionne normalement. Le seul problème est que la capacité d'enregistrement reste fixée à 40Go, soit toujours une vingtaine d'heures.
Le disque cloné n'est pas lisible autrement que par le décodeur, en tout cas je n'y suis pas parvenu. C'est une petite boite noire en somme et pour le moment, je ne vois pas quoi faire.

Quatrième étape, à faire ultérieurement, trouver un disque IDE 3"1/2 ou deux pour le cas où...
Classé dans : Divers Mots clés : aucun

Plantage de mon Imac et suite

Rédigé par -Fred- Aucun commentaire
Mi septembre, mon Imac a planté. La carte graphique semble HS et comme tout est intégré à la carte mère, autant dire que la machine n'est pas réparable à moindres frais. Je dois dire que je l'avais mauvaise. Une machine à 1500€ qui ne dure que quatre ans, c'est moyen.

A toute chose malheur est bon. J'ai donc dû/pu temporairement utiliser mon serveur en tant que machine de bureau. Voilà en tout cas une bonne occasion de se faire une petite idée de GNU/Linux pour une utilisation classique ailleurs que sur un netbook dans mon cas. Je n'ai pas conservé Debian/Lenny mais j'ai plutôt préféré installer Ubuntu 9.04. Je ne vais pas rentrer dans les détails mais tout fonctionne correctement sans trop de prise de tête (hormis mon imprimante qui n'est pas supportée sous GNU/Linux). J'ai même eu l'agréable surprise de constater que mon décodeur TNT fonctionnait superbement avec Kaffeine.

Après un mois d'usage quotidien, je suis tout de même repassé sur Mac OS X (il y a un mac mini sur mon bureau actuellement). Pour le coup, j'ai vraiment hésité mais je pense au final que c'est l'environnement où je reste le plus à l'aise...

Appréhender les corrections au(x) diabolo(s)

Rédigé par -Fred- 2 commentaires
Un diabolo, lorsqu'il tourne sur lui même, a des réactions parfois inattendues. Un comportement notable est la faculté de celui-ci à se désaxer. Plusieurs cas de figure sont envisageables mais avec un peu d'expérience, on trouve toujours intuitivement un moyen pour corriger son diabolo.
Chose intéressante, dès que l'on passe à deux diabolos, on ne sait plus corriger. Le premier conseil qui est donné est de taper un peu au hasard pour se faire sa propre expérience. Si vous vous trouvez dans ce cas de figure, ce qui suit vous est particulièrement destiné.

Désaxage en détail


Avant de chercher la solution, il faut commencer par définir le problème.

Un diabolo, lorsqu'il se désaxe, peut pencher vers l'avant ou vers l'arrière. Il peut aussi pivoter selon un axe vertical, soit vers la gauche, soit vers la droite. Ces défauts peuvent se combiner. Un diabolo peut à la fois pencher et pivoter selon un axe vertical. Cela est vrai quelque soit le nombre de diabolos.

Pourquoi est-ce qu'un diabolo ne reste pas bien axé alors ? Un diabolo se désaxe car la ficelle, les baguettes ou éventuellement le corps touchent les calottes ou les guides de part et d'autre de la bague en acier. Le vent peut aussi désaxer un diabolo mais ce cas de figure est particulier.

En outre, plus le diabolo tourne lentement, plus il sera sensible à ces frottements parasites.

Théorie du réaxage


Le diabolo est en quelque sorte un essieu de voiture dont les deux roues sont liées l'une à l'autre.

  • Si les roues de l'essieu tournent dans le vide, l'essieu ne bouge pas. Il en va de même pour un diabolo qui tourne sur lui même tant qu'on ne le touche pas. Pas le moindre déplacement du diabolo en vue.

  • Posons l'essieu sur une route. Les roues qui tournent permettent à l'essieu de se déplacer sur la route. A noter que si "A" est le point de contact entre l'une des roues et le sol et si "O" est le centre du cercle formé par cette même roue, alors la droite (AO) est perpendiculaire à la trajectoire de l'essieu sur la route. Le sens de rotation des roues a, qui pouvait en douter, un effet sur la direction que va emprunter l'essieu sur la route. Le diabolo qui tourne et qui tombe par terre va lui aussi se déplacer le long du sol.

  • Si une seule roue de l'essieu touche le sol, il va y avoir un déséquilibre et l'essieu va tourner sur lui même autour d'un axe perpendiculaire au sol et passant par son milieu. Le frottement d'une baguette ou de la ficelle sur une seule calotte du diabolo produit le même effet. Voilà donc la voie pour désaxer ou réaxer un diabolo.


Il y tout de même un différence notable entre le couple essieu/route et le couple diabolo/baguette : l'endroit ou se trouve le point de contact. En effet, il est théoriquement possible de toucher n'importe quel endroit de l'une ou l'autre des calottes avec la baguette.

Simplification pratique


Dans les fait, il est compliqué d'accéder à n'importe quel point du diabolo. Un droitier qui corrige vraisemblablement avec sa baguette droite aura une certaine difficulté pour accéder au côté gauche du diabolo. Heureusement, chaque point de correction sur une calotte en a un équivalent sur l'autre calotte. Ces points équivalents ont la particularité d'être diamétralement opposés. Toutes les corrections sont possible sur un seul côté du diabolo à condition donc d'utiliser les deux calottes.
A un diabolo, il est courant d'effectuer les corrections à l'aide de la ficelle sur les parties supérieures du diabolo.
Lorsque l'on corrige avec la baguette, il sera plus facile d'agir sur un seul côté du diabolo cette fois.

Résumé des corrections


Le sens de rotation importe et je me place dans le cas d'un droitier. Le diabolo, vu du jongleur, tourne donc dans le sens inverse des aiguilles d'une montre.

  • Le diabolo penche vers vers l'avant -> toucher le côté droit de la calotte intérieure (celle entre la ficelle et le jongleur)

  • Le diabolo penche vers vers l'arrière -> toucher le côté droit de la calotte extérieure (celle de l'autre côté de la ficelle)

  • Le diabolo est tourné vers la gauche -> toucher le sommet de la calotte extérieure ou en dessous de la calotte intérieure

  • Le diabolo est tourné vers la droite -> toucher le sommet de la calotte intérieure ou en dessous de la calotte extérieure


Pour mixer les corrections, il suffit d'agir sur l'un des quatre quart de calotte accessibles à la baguette. Par exemple, si le diabolo penche vers l'arrière et est tourné vers la gauche, il faudra toucher la calotte extérieure entre son sommet et son côté droit.

Corrections à deux diabolos (et plus)


Voilà le vrai problème maintenant. Lorsque le diabolo n'est plus tout seul dans la ficelle, il se forme un carrousel. Le diabolos se déplacent dans la ficelle et il est plus difficile de toucher avec précision le bon point de contact sur l'un d'entre eux. De même, et toujours à cause de ce déplacement, il n'est pas évident de maintenir un point de contact. Il y a quand même plusieurs pistes à explorer :

  • On peut élargir son carrousel pour espacer un peu dans le temps les réceptions de diabolo. Pour cela, il faut appuyer un peu plus ses lancés. Se faisant, on aura plus de temps à chaque passage de diabolo pour agir.

  • Plutôt que de taper la calotte avec la baguette, il peut être plus précis d'amortir le diabolo sur la baguette. Avec cette méthode, il n'est plus possible de mixer certaines corrections. En effet, on touche l'une ou l'autre des calottes du diabolo uniquement entre le côté droit et le bas. Ce n'est pas bien grave car les deux cas qui ne se règlent pas en un passage le sont en deux



Corrections en grand carrousel


Là, ça se complique encore car le diabolo arrive plus vite dans la corde. L'idée pour corriger est de faire comme à un diabolo, c'est à dire en jouant avec le ficelle pendant que le diabolo la parcoure. On avance et on recule l'une ou l'autre des baguette. Cela est valable si le diabolo penche vers l'avant ou vers l'arrière. Dans le cas où le diabolo a pivoté autour de son axe vertical, on peut laisser tomber le diabolo brièvement sur la baguette. La baguette touche alors sous l'une ou l'autre des calottes. Ces corrections là sont à mon avis les plus compliquées à maitriser...
Classé dans : Jongle Mots clés : aucun

Webmail : la question secrète

Rédigé par -Fred- Aucun commentaire
Yahoo! (et d'autres services de mail) impose de mettre en place deux questions secrètes pour utiliser leur webmail. L'initiative offre une alternative à celui qui oubli son mot de passe.

    Par contre :
  • c'est un moyen pour une personne proche d'accéder à votre espace sans votre accord pour peu que la ou les questions secrètes aient une réponse évidente. Il suffit souvent de vous connaitre un minimum.

  • pour peu qu'une question ne demande qu'un poil de culture générale, n'importe qui peu raisonnablement penser pouvoir accéder à votre webmail par ce biais.


Bref, c'est un vrai trou de sécurité qui imposé. Comme j'ai parfois besoin d'utiliser mon webmail Yahoo! et que je ne peux échapper à la question secrète, j'y ai tout simplement répondu des choses à côté de la plaque. Je n'ai pas trouvé d'autre alternative (sauf à ne pas utiliser ce webmail).

NAS vers ATOM : Migration accomplie

Rédigé par -Fred- Aucun commentaire
Et voilà qui est fait. Mon NAS est éteint (mais encore près à resservir en cas de besoin).
Tout les services que j'utilisais dessus ont été passés sur le serveur ATOM. Voilà donc mon retour d'expérience à ce sujet. Je ne détaille pas les procédures d'installation car on trouve facilement de nombreux tutoriels sur le sujet et car les pages de man sont souvent très complètes (certains ajouteraient tout simplement RTFM).

Montage et installation


Le montage de la machine est trivial. Le seul vrai problème fut rendre le tout plus silencieux tout en restant correctement ventilé. On y arrive grâce à l'ajout de potentiomètres sur les ventilateurs (trois ventilateurs contrôlés par deux potentiomètres). L'outil de mesure de température du BIOS permet finalement de trouver le meilleurs compromis. Là, je mesure le processeur à 60° en fonctionnement normal (soit peu chargé quoi).

L'installation de l'OS m'a semblé au départ un peu ardue car j'ai décidé de ne pas investir dans un écran. Par chance, mon écran LCD dispose d'une entrée VGA. J'ai juste eu à brancher ensuite mon lecteur DVD externe + un clavier. J'ai choisi Debian (Lenny) comme système d'exploitation car j'ai décidé de privilégier la stabilité au reste. A noter que l'installation est tout aussi simple que ubuntu, pour ceux qui en doute. J'ai choisi d'installer le serveur web à l'installation.

Pour communiquer sans écran avec le serveur, une connection SSH est toute indiquée, donc : apt-get install openssh-server
Reste ensuite à générer les clés (publique et privée).

Services et autres logiciels installés


Serveur FTP, serveur web et php : proftpd, apache2 et PHP5 sont déjà installés dans mon cas. Le transfert de fichiers sécurisé (ou SFTP) est déjà installé car inclus dans openssh-server.

Base de donnée : si on choisit MySQL, il faut penser à installer php5-mysql. Sinon, il est impossible pour PHP5 de communiquer avec ces bases là. PHPMyAdmin est bien utile pour administrer ses bases de données.

Partage de fichiers sur un réseau hétérogène : c'est samba qui s'en charge.

Serveur mail : Xmail fonctionnait bien sur le NAS, alors je l'ai conservé ici. L'outil phpxmail permet toujours de configurer ce serveur mail de manière plus conviviale.

Serveur de musique itunes : j'ai choisi un peu au hasard mt-daapd qui fonctionne bien.

Protection contre les tentatives d'accès par brute force aux serveurs (FTP, SSH, etc...) : fail2ban
Cet outil permet de blacklister des IP qui n'ont pas réussi à se connecter après plusieurs tentatives. Il ajoute des règles à IPTABLE (firewall intégré au noyau linux) en fonction des logs de connections. Il n'y a presque rien à configurer car la configuration par défaut est nickel.

A suivre...

Auto-hébergement

Rédigé par -Fred- 19 commentaires

Pourquoi est-ce que je m'héberge ?


Le choix de l'auto-héberger est a été fortement inspiré par la vidéo "Internet libre ou minitel 2.0" que l'on trouve à partir de cette page. Alors à tout ceux qui hésitent encore à faire de même, je peux dire que ce n'est pas si compliqué à mettre en œuvre.

Environnement


Ce site est hébergé chez moi derrière ma ligne ADSL. Cela suffit amplement pour héberger ce site blog et pour partager relativement confortablement mes données avec ma famille et mes amis.

Historique des évolutions de mon installation côté matériel



  • novembre 2007 : début de mon auto-hébergement sur un disque NAS qui me le permettait (ds106j de chez Synology ; processeur 200MHz ; 32Mo de Ram ; 250Go d'espace disque ; Noyau Linux).

  • ds106j.jpg
  • juillet 2009 : remplacement du NAS par un petit PC à base de processeur ATOM basse consommation déjà bien plus puissant (atom 330 ; 2Go de Ram ; 500Go d'espace disque ; Debian Lenny).

  • environnementATOM.jpg arriereATOM.jpg
    cotedroitATOM.jpg cotegaucheATOM.jpg
  • août 2009 : le NAS est arrêté car le basculement des divers services vers le nouveau serveur est fini.

  • mai 2010 : remplacement du serveur atom par mon eeepc 701 4G (celeron 660MHz ; 2Go de Ram ; 4Go d'espace disque + disque dur externe de 120Go pour les données ; Debian Lenny). L'ex serveur atom est maintenant utilisé comme machine de bureau et va très bien.

  • asus-eeepc-701.jpg
  • 8 juillet 2010 : en prévision de mon déménagement prochain, le serveur sera hébergé chez mes beaux parents durant plusieurs semaines, le temps que je retrouve une ligne ADSL chez moi.

  • octobre 2010 : le serveur atom reprend du service car il était en double emploi comme machine de bureau (mon mac mini est passé sous ubuntu).

  • septembre 2014 : le serveur atom est toujours en service. Mes usages avec cette machine restent inchangés : ça marche et c'est stable.

  • Aout 2015 : mon réseau accueil maintenant un firewall pfsense et mes sites sont à présent accessibles en IPv6.



Auteur

Rédigé par -Fred- Aucun commentaire
Je m'appelle Frédéric Micout et vous vous trouvez sur mon blog personnel.

J'y met en forme ce qui me passent par la tête et que je veux partager. J'ai souhaité aborder ici des sujets divers et variés, d'où mon choix "sujets-libres.fr" pour le nom de domaine. Concrètement, ce dont il est question ici touche essentiellement au domaine informatique de manière assez large. Vous y trouverez parfois aussi des billets à propos de la jonglerie (diabolos et balles essentiellement) ou tout autre chose qui peut m'intéresser.

L'ensemble de mes billets est placé sous licence Creative Commons CC-BY-SA (Paternité ; Partage des conditions initiales à l'identique). Mes employeurs passés, mon employeur présent ou mes éventuels employeurs futurs ne sauraient être tenus responsables de mes propos sur ce blog. Les opinions exprimées ici n'engagent que moi.

Les commentaires, les vôtres par exemple, sont les bienvenus ! Attention toutefois aux "marketeux", échangeurs de liens divers, référenceurs de tout poil, il est inutile de me contacter ou de tenter de venir faire votre pub ici.

Vous pouvez me contacter à l'adresse blog @robase sujets-libres . fr .
Fil RSS des articles