Sujets-libres.fr

Informatique, logiciels libres, internet, humeurs et… le reste !

Mon adresse email est inhabituelle

Rédigé par -Fred- 16 commentaires

Cela fait 10 ans cette année que je gère mon mail comme un grand. C'est super d'avoir ses adresses mail personnelles sur son propre serveur mail. Je peux en créer autant que je veux dessus, avec n'importe quel nom, du plus drôle au plus court en passant par des choses plus passe partout. Je ne risque pas en tout cas de ne pas pouvoir en créer une car une autre personne l'a déjà prise. Pour les quelques adresses créées, je suis généralement resté sur des choses courtes ou assez évocatrices en fonction des besoins. Je peux par exemple décider de créer une adresse en cas d'inscription à une liste de diffusion ou quand je sais que je risque de me faire spammer lorsque je dois quand même laisser une adresse valide quelque part. Dans ce dernier cas, je pourrais aussi me créer des adresses jetables ailleurs.

La contrepartie, c'est que mon nom de domaine est ce qu'il est d'une part, et qu'il est surtout inhabituel pour le quidam dans une adresse mail. En soit, il n'est pas trop compliqué car composé de deux mots existants intercalés par un tiret et qu'il est enregistré sur le TLD .fr . Toutefois, il est devenu de plus en plus rare de voir des adresses mail autres que celles fournies par gmail, yahoo et les FAI en général. Non content de présenter un problème de manque de diversité (la centralisation est énorme sur les services mail en général), cela renforce l'idée qu'une adresse mail doit forcement se terminer par un truc comme gmail.com, yahoo.fr, orange.fr, etc... Cela me pose parfois un problème lorsque je donne une adresse personnel de vive voix. Une fois l'étonnement de mon interlocuteur passé, vient le moment où il faut bien épeler le truc. C'est là qu'on peut avoir l'impression d'agacer alors même que ce n'est pas le but. Est-ce que je peux leur en vouloir individuellement ? Non bien entendu. L'environement global conduit massivement vers cela, c'est tout.

Fut un temps, je donnais encore une adresse yahoo dont les mails étaient redirigés vers l'une des boîtes mail sur mon serveur pour éviter de gêner mon monde sans doute. J'ai passé le cap et maintenant, je donne directement l'adresse sur mon domaine. Si c'est pénible, ce n'est pas mon problème. Moi, c'est l'adresse que j'utilise et que je consulte et ce n'est pas moins une adresse mail qu'une autre avec un nom de domaine plus commun. Une lubie de geek ? En partie au début probablement mais aujourd'hui non, je vois les choses de manière plus simple. L'outil est assez ouvert pour permettre à quiconque de le faire (comprendre "quiconque" par le fait que c'est techniquement possible et qu'il n'y a pas d'interdiction à le faire) et je pense que je suis la personne la mieux placée pour gérer mes serveurs mail. Finalement, mes adresses ne sont pas plus compliquées que celles proposées par les gros services de mail mais la complexité ne se retrouve pas au même endroit.

16 commentaires

#1  - Ben a dit :

Bonjour,

Situation identique, nom de domaine perso en .org avec un patronyme assez rare.
Benoit comment vous dites ?
Vous écrivez ca comment ?
Vous avez un adresse mail ?
Euh ok, envoyez nous un mail on vous répondra alors.
Voila comment ca se passe au quotidien.

Répondre
#2  - tikismoke a dit :

Pareil en pire, j'utilise encore un domaine en dyndns.org, alors imaginer la tête des gens.

On est tous dans la même galère de devoir redire chaque mettre une à une avec d'énormes chance d'erreur. Et je ne parle pas des sites qui me disent que celle-ci n'est même pas valide :(

Répondre
#3  - -Fred- a dit :

Là, c'est quasiment un problème additionnel parce qu'en théorie on peut mettre un grand nombre de caractères différents dans une adresse. On ne pense jamais à mettre un "+" dans son nom d'utilisateur par exemple alors que c'est tout à fait autorisé normalement (c'est d'ailleurs aussi autorisé pour le nom de domaine si je lis bien). Les fournisseurs habituel d'adresse mails limitent probablement le champ des possibles et là encore, la pratique de gros acteur passe pour être la norme.

Au passage, les RFC qui traitent de ce point sont la RFC2822 et la RFC5322. Le site de Stéphane Bortzmeyer aborde ce type de choses de manière toujours très intéressante : http://www.bortzmeyer.org/2822.html.

Répondre
#4  - Chris a dit :

Perso j'ai pas mal de difficultés pour auto-héberger mes mails avec Yunohost ^^ Mais j'y arriverai un jour !

Répondre
#5  - Lewo a dit :

-- Commentaire à supprimer après correction --

Petite coquille en début d'article : "Non comptant de présenter [...]". Corriger "Non comptant" par "Non content" (sauf pour jeu de mot).

Pardon hein =)
Astuce : ne plus dicter son add mail, l'écrire !
-- Fin commentaire à supprimer --

Répondre
#6  - -Fred- a dit :

C'est corrigé, merci à toi (je pense que j'ai toujours écrit ça mal donc j'apprends un truc).

Si tu veux bien, je conserve ton commentaire pour pouvoir y répondre. Idéalement oui, le plus simple c'est de l'écrire mais il arrive de temps à autre que l'on soit dans la situation où ça se passe oralement. Question de circonstances...

Répondre
#7  - Mikolajek a dit :

Pareil, adresse de type prenom@nom.fr, et quelques variantes (facebook@prenom.nom.fr, pub@prenom.nom.fr, situveuxmoncorpstusaisoumecrire@prenom.nom.fr...). J'ai fait pareil pour ma mère, elle me dit assez souvent qu'on lui fait la remarque, jusqu'à lui dire que ce n'est pas normal, qu'une adresse c'est prenom.nom@fai.fr...

Ca fait quasiment 15 ans que j'ai ce nom de domaine, je ne regrette rien : ce sont des alias vers une adresse Gmail, le jour où je me fais pirater mon compte Gmail, je n'aurais qu'à refaire un compte et mettre les alias à jour. L'historique sera perdu mais mes mails continueront d'arriver.

D'ailleurs, pour le "+" dans l'adresse, je vois effectivement pas mal de sites qui le rejettent, alors qu'il est parfaitement valide et que Gmail l'accepte : si on écrit à toto+trucmuche@gmail.com, le mail arrive bien sur toto@gmail.com. Je m'en sers parfois pour certains sites, afin de voir qui va faire le con en revendant l'adresse ("oh tiens, du spam à destination de toto+sarl-bidon@gmail.com... merci la SARL Bidon d'avoir revendu mon adresse !").

Répondre
#8  - Pilou a dit :

Vous pointez du doigt un problème interessant.
Sur le long terme (et pour certains services, c'est déjà le cas), l'accès est subordonnée à la normalité d'un identifiant (compte facebook ou compte gmail).
Le danger est qu'un jour il ne sera plus possible de faire partie de la société en ayant des identifiants anormaux.
Ayant encore des comptes en chez.com, certains services ne savent pas me "géolocaliser" et rejetent l'email au même titre que les gens deviennent perplexes.
Mais si je ne suis pas inscrit au service, je passerai à coté de ce qui s'y passe. L'example frappant étant facebook et certaines organisations (club, écoles, ...) qui ne communiquent que par ce biais ou le traitement qui te sera fait lorsque traversant un aeroport etasuniens, tu déclare ne pas avoir de compte "passeport" facebook ou gmail.

Bref, ça craint.

Répondre
#9  - -Fred- a dit :

Concernant facebook et probablement gmail ou d'autres, je crois même qu'il y a un enjeu sous-jacent important supplémentaire qui est celui de l'identité numérique unique. On voit déjà effectivement que de nombreux sites proposent en plus de l'identification classique (création de compte avec login/mdp propre), l'identification via les comptes de réseaux sociaux. C'est plus simple d'une part et ça permet de rassembler ce qui étaient éparpillé d'habitude mais comme pour tout ce qui est centralisé, ça pose de vrais problèmes. On ne peux pas tous les énumérer mais globalement, il ne me semble pas sain de confier à une entreprise privée étas unienne la gestion de l'identité unique de l'ensemble des internautes (si on se place dans le cas extrême). Pourtant, c'est bien dans cette direction que l'on va, doucement mais sûrement. Continuer à proposer des adresses email atypiques revient, dans ce contexte, à faire un petit acte de résistance vis à vis de cela.

Ce qui est à combattre, ce n'est pas tant facebook ou les autres que le confort intellectuel qui s'installe en utilisant ces services. Ce n'est pas facile et effectivement, lorsque l'on voit à quel point on se trouve à l'écart lorsque l'on ne dispose pas d'un compte sur le réseau social aux 2 milliards de comptes, ça laisse perplexe.

Répondre
#10  - Makoto a dit :

Et dire qu'à une époque pas si lointaine présenter une adresse de FAI ou gratuite ça faisait très amateur et pas très sérieux surtout de la part d'un professionnel… Il était de bon ton d'avoir une adresse avec son propre domaine pour être crédible.
Faut croire que les usages changent…

Répondre
#11  - Chris a dit :

J'utilise ce système depuis dix-huit ans, sur plusieurs noms de domaine ; je dispose en fait même d'adresses "catch-all" qui récupèrent tout ce qui est envoyé à nimportequoi@mon-domaine.fr : je donne donc une adresse différente à chacun des services en ligne auquel j'adhère (y compris Face de bouc et The Circle), qui tombent tous dans la même boîte - sans avoir besoin de créer des dizaines de BAL. Et, comme Mikilajek, quand je reçois une pub pour du viagra sur une adresse sncf@mon-domaine.fr, je sais à qui je le dois...
Je n'ai pourtant eu que très rarement des difficultés en utilisant ce système : pour l'instant, je n'ai croisé qu'une toute petite poignée de services en ligne qui refusent l'inscription sous des adresses atypiques (peut-être deux ou trois) ou hors réseaux sociaux mainstream (cinq ou six, et encore, c'était plutôt il y a 7 ou 8 ans, et toutes ces boîtes ont coulé...).
En revanche, j'ai régulièrement des crises de fou rire lors de mes échanges téléphoniques avec des hotlines (même d'entreprises supposées hightech...) :
"- Pouvez-vous me donner votre mail, SVP ?
- Bien sûr, c'est votre_entreprise@mon-domaine.fr.
- Vous voulez dire mon-domaine@votre_entreprise.fr ?
- Non, absolument pas, c'est bien votre_entreprise@mon-domaine.fr !
- ...
- Oui, oui, je vous le confirme !
- Mais alors vous travaillez chez votre_entreprise ?
- (Mystérieux) Il semblerait, n'est-ce pas ? (Guilleret) D'ailleurs, merci de faire mes amitiés à ce bon vieux Xavier [ou Bill, ou Steve, ou Robert, selon le cas...] ?
- (Bafouillant) Je n'y manquerai pas, patr... Monsieur !"

Répondre
#12  - Alarc'h a dit :

Je rencontre tous les jours des gens qui n'imaginent même pas que l'on puisse avoir son adresse sur son domaine personnel si l'on n'est pas apple ou coca-cola. C'est comme ça, la plupart de ces gens sont arrivés sur Internet alors que la concentration était déjà bien avancée. Ils sont persuadés qu'avoir son serveur de mail est un truc hyper compliqué pour les techos de pointe.

Et puis ils ne savent pas résister au "c'est gratuit". Moi qui suis un vieux, quand j'entends "c'est gratuit" annoncé par une société cotée en bourse, je me pose tout de suite la question "Où est le piège". Mais c'est un réflexe des anciennes générations il faut croire.

Maintenant de plus en plus de mes "contacts" sont obligés d'aller chercher mes mails à la poubelle... et d'explicitement mettre mes domaines en liste blanche. Ceux qui ne le font pas, je ne peux communiquer avec eux. Comme dirait l'autre, ça trie...

Dans un film d'Etore Scola le personnage joué par Mastroiani disait "ce n'est pas le locataire du cinquième qui est anti-fasciste, c'est le fascisme qui est anti locataire du cinquième". Pour le net c'est pareil, ce n'est pas moi qui me coupe du net, mais le net qui progressivement ce coupe de moi. Il ne sait pas ce qu'il est en train de perdre... ;D

Répondre
#13  - -Fred- a dit :

Il me semble que le fait que nos mails puissent passer pour des spams est une sorte d'effet de bord. Les gros parlent entre eux et les petits ne parlent pas normalement (c'est caricatural hein...). Du fait de l'écrasante centralisation du mail chez quelques fournisseurs, il devient très rare de voir du mail légitime en provenance de particuliers par exemple. Donc, la probabilité qu'un particulier envoi du spam et non du mail légitime est importante, ce qui n'est en soit pas idiot mais on voit bien que l'on rentre ainsi dans un cercle vicieux car comme tu le dis, celui qui fait bien les choses dans son coin doit quand même faire avec ça.

Mes mails partaient dans les spams sur gmail et d'autres car je n'avais pas configuré le champ SPF sur mon domaine.
Dans d'autres cas, j'ai eu à forcer l'envoi des mails en IPv4 (bizarrement, la configuration du reverse DNS en IPv6 au niveau de mon FAI n'était pas bien prise en compte ; OK pour l'IPv4).

Répondre
#14  - Alarc'h a dit :

Toutes les solutions que l'on peut trouver pour pallier à tel ou tel problème ne changent pas le fait que l'Internet a entrepris une mutation. D'un espace d'échange de pair à pair qu'il était au début où j'ai commencé à l'utiliser, vers 1996, où chacun partageait avec d'autres un petit bout de son disque et de ses informations il se concentre sur une de ses parties, le web, qui tend à effacer le reste des protocoles. Et le protocole http, qui n'est à l'origine pas fait pour cela (non connecté ni protégé), est tordu pour créer des galeries marchandes planétaires. Et ça c'est un vrai problème. Cet Internet ne m'intéresse que fort peu. Les outils ont changé, mais je constate qu'en gros je fais avec Internet les mêmes choses que je faisais il y a 20 ans. Mais avec plus de difficulté à trouver les informations ou contacts pertinents que je cherche.

Répondre
#15  - -Fred- a dit :

Même si je n'ai pas autant de recul que toi, je me fais un peu la même réflexion concernant la transformation progressive de l'internet que l'on a pu connaître à nos débuts. L'outil s'est popularisé et il est à l'image ceux qui l'utilise. Si un protocole comme http peut tout faire même si ce n'est pas toujours fait pour, il y a moins d'intérêt à se prendre la tête avec d'autres protocoles vraiment taillés pour quelques taches précises.

Les contenus dignes d'intérêt me semble plus durs à trouver mais ils sont toujours là et c'est peut être ça le plus important. Me concernant, tout dépend de ce que je cherche bien entendu mais de fil en aiguille, j'arrive encore à trouver des contenus intéressants.

L'internet de la fin des années 90 et du début des années 2000 n'existe plus et on ne peut le retrouver à l'identique donc faut faire avec. Par contre, ça pourrait être amusant de trouver son équivalent aujourd'hui, sorte d'endroit virtuel ou non qui ne soit pas encore ingéré et assimilé par ce qu'il y a autour. Ça, je ne l'ai pas encore trouvé :p ...

Répondre
#16  - Alarc'h a dit :

Tu pourrais monter un serveur gopher, il ne doit plus rester qu'une centaine de sites gopher en activité, ça pourrait être une voie pour recréer quelque chose de parallèle au web un peu galvaudé.

Répondre

Écrire un commentaire

Quelle est la première lettre du mot maaqg ?

Fil RSS des commentaires de cet article