Sujets-libres.fr

Informatique, logiciels libres, internet, humeurs et… le reste !

Conso électrique de mon installation domestique

Rédigé par -Fred- 3 commentaires
En hébergeant mon serveur, je me suis aussi intéressé à l'impact que cela aurait sur la consommation électrique dans mon logement. Je me pose aussi cette question pour les autres appareils électriques. Jusqu'à présent, mes choix en la matière ont été guidés par les indications que je pouvais trouver dans les spécifications des fabricants, c'est tout. Dans le cas de mon NAS ou d'ampoules électriques, cela est clairement indiqué. L'aspect basse consommation est bien un argument de vente. Ailleurs, c'est au petit bonheur la chance, surtout en ce qui concerne la consommation en veille ou même simplement branché. Oui, je parle de la consommation en veille car nombre d'appareils récents ne disposent tout simplement plus de bouton marche/arrêt. C'est à se demander s'ils ont été prévu pour être coupés du secteur régulièrement. Il est étonnant que les industriels soient allés dans cette voie alors même que la tendance est à l'économie d'énergie. Bref, passons.

L'outil qui va me donner quelques réponses est un wattmètre. Il va me donner la puissance électrique consommée là où je vais le brancher. Le modèle que je possède étant un premier prix, il ne faut pas s'attendre à avoir une grande précision. Donné à +/- 10W max, je présume que c'est largement moindre pour de faibles puissances mesurées. Je ne retient donc au final que des ordres de grandeur.

Note : une puissance (exprimée en Watt) est toujours une valeur instantanée, à ne pas confondre avec l'énergie (exprimée en Joule ou en KWh).
J = Ws et 1KWh = 3,6MJ.
Ainsi, l'énergie consommée si on utilise une puissance de 10W pendant 1s ou si on utilise 2W pendant 5s sera toujours de 10J.

Tableau contenant les mesures : conso.ods

Synthèse des mesures et commentaires


- La conso nécessaire à mon auto-hébergement (modem/routeur + NAS) est de l'ordre de 18W, soit un cout de 11 euros environ à l'année. A titre informatif, cela est presque intégralement compensé par le remplacement d'une seule ampoule de 100W par une 20W (basse consommation) utilisée dans mon salon.
- 3 appareils consomment une puissance significative lorsque je ne les utilisent pas. Entre le téléviseur LCD en veille (13W), le décodeur TNT toujours en fonctionnement (13W) et l'ordinateur fixe à l'arrêt (11W). S'ajoute à ça l'ampli de basse avec ses 2W permanents. Environ 40W de gaspillés rien que sur quatre appareils clairement identifiés.
- Le téléviseur LCD et l'ordinateur fixe ont une consommation importante en énergie du fait qu'ils sont utilisés à la fois plusieurs heures par jour et qu'il utilisent une puissance importante (jusqu'à 100W chacun).
- A mon grand étonnement, les autres appareils inutilisés, qu'ils soient en veille ou non, ont individuellement une consommation négligeable vu de mon wattmètre.
- Ce ne sont pas les chargeurs branchés et inutilisés qui sont responsables de l'essentiel du gaspillage d'énergie chez moi (ce qui ne signifie pas qu'on se fiche qu'ils restent branchés).
- Globalement, les appareils que j'ai listé, si imparfaits soient-ils, représentent une part minoritaire de ma consommation électrique. Cela est surtout vrai en hiver.

MàJ du 10/08/09 -> Mesure de consommation électrique de mon serveur avec proc Atom 330 : 32W à 37W selon la charge

Améliorations


Le premier truc doit être du bon sens. Lorsque je n'utilise pas un appareil, je ne le laisse pas allumé. Faut faire tout le temps attention.

J'ai déjà remplacé l'essentiel de mes ampoules à incandescence par des ampoules basse consommation. Dans mon T3, l'économie avec une utilisation normale est de l'ordre de 30 à 40 euros par an. Si ce n'était déjà fait, je n'aurais plus attendu.

Le truc le plus facile a été fait dès la mesure lorsque que j'ai débranché l'ampli de guitare basse. Voilà 2W de gagnés simplement. C'est négligeable mais comme ça ne mange pas de pain, il n'y a pas de raisons de s'en priver.

Il me faut chercher pour la télé, le décodeur TNT et l'ordinateur fixe car c'est là qu'il y a le plus à gagner parmi les appareils que j'ai sélectionné. Ce n'est pas si simple que cela. Il y a quelques temps, j'ai opté pour des multiprises avec interrupteur intégré pour la prise télé et la prise informatique. Je n'ai utilisé ces interrupteurs qu'un court moment. Côté prise téléviseur, cela est dû à toutes les pertes de temps cumulées. Il faut tout mettre en veille avant de couper (en jouant avec au moins deux télécommandes). Le décodeur TNT possède un disque dur qui n'apprécierait que moyennement les coupures sauvages. Le décodeur TNT, toujours lui, met 20 bonnes secondes pour démarrer. Côté prise informatique, l'ajout du serveur sur la multiprise a rendu caduc l'utilisation de l'interrupteur. Bref, sur le papier c'est très bien mais dans la réalité c'est une solution difficile à maintenir efficacement en place, d'autant que l'on y pense pas tout le temps. C'est ce que l'on nomme une fausse bonne idée.

Une meilleure solution consiste à automatiser les coupures la nuit et en journée lorsque personne n'est dans l'appartement. Un programmateur de prise correctement configuré et qui sait se faire oublier semble tout indiqué (au moins pour l'ordinateur et la télé). Je n'ai pas encore commencé à chercher le modèle qui va bien mais dès que je l'aurai trouvé, je ferai un petit retour dessus.

Reste le décodeur TNT. Tant que je ne m'astreindrai pas à le passer en veille systématiquement, il n'y aura rien à améliorer.

Conclusion


Je m'attendais à des résultats bien pires, globalement. J'ai même eu quelques bonnes surprises (routeur, chargeurs divers, etc...). Reste qu'il y a des améliorations possibles sur quelques appareils. Tout ce que je pourrai trouver devra être le plus transparent possible pour être efficace.

A suivre...
Classé dans : Divers Mots clés : aucun

Probabilité d'y passer

Rédigé par -Fred- Aucun commentaire
Un médecin à son patient :

- Monsieur, je suis formel, vous allez y passer.
- Ah ? Mais, vous êtes sûr ?
- Oui, absolument : la maladie qu'on a décelé chez vous touche une personne sur un million et le test est fiable à 99%.
- Je devrais m'en sortir alors.
- ???


Hé oui, un test fiable à 99% n'est pas fiable à 1%.
Si pour détecter un vrai cas positif il faut statistiquement en tester un million, 1% des résultats ne seront pas bons, soit 10000.
Donc, un résultat positif c'est une personne touché contre 9999 faux positifs (là, ça reste des probabilités).
Pas de danger donc, ouf...
Classé dans : Divers Mots clés : aucun

Norme afnor pifométrique

Rédigé par -Fred- Aucun commentaire
Voici un petit bijou, d'autant plus appréciable que l'on a déjà touché à d'autre normes...

La pifomètrie est une science très ancienne et universelle et il est surprenant qu'elle n'ait suscité quasiment aucun travail. Il n'existe pas au Pavillon de Breteuil à Sèvres d'étalons d'unités pifomètriques.

Au moment où les « systèmes » s'organisent, où le C.G.S. a vécu, où le M.T.S. n'est plus qu'un souvenir et où le M.K.S. (avec ou sans A) triomphe dans les recommandations ISO, alors que l'AFNOR compte à son catalogue une série de normes sur les unités et symboles (NF X 02-001, X 02-002, NF X 02-003, X 02-004, NF X 02-006, et la série NF X 02-200) n'a jamais rien publié sur les unités pifométriques ; il est apparu aujourd'hui essentiel et urgent de combler ces graves lacunes.

Le pifomètre, instrument personnel, inaliénable consubstantiel à l'individu, n'est en vente nulle part jamais personne n'a eu besoin d'un pifomètre à vernier, encore moins d'un pifomètre à vis
micrométrique. L'instrument banal incorporé à l'individu, suffit en toute occasion. Peut-être discutable sur le plan de la fidélité, cet instrument est remarquable en justesse et inégalable en sensibilité.

La pifométrie conjugue souvent l'emploi d'au moins deux sens ce qui la rend plus performante; ceci est mis en évidence par l'expression bien connue à vue de nez, et justifié par le fait que quelqu'un qui
manque de flair se met souvent le doigt dans l'oeil.


http://www.qualiteonline.com/norme_afnor_pifometrique.pdf
Classé dans : Divers Mots clés : aucun

Réflexion à propos du langage SMS

Rédigé par -Fred- Aucun commentaire
Le langage SMS, c'est un procédé intuitif qui permet de compacter l'écriture des mots en conservant de près ou de loin la prononciation initiale d'un mot, un peu à la manière du langage phonétique mais avec moins de rigueur et donc une plus grande liberté. Même si rien n'est formalisé, on retrouve régulièrement les mêmes astuces pour réduire le nombre de caractères d'un mot ou le nombre de mots d'une phrase.

Comme son nom l'indique, ce langage particulier est né avec l'apparition du téléphone portable et plus particulièrement avec la nécessité de faire tenir le plus d'informations possible dans un message texte de 160 caractères maximum. Il y a plusieurs avantages à l'utilisation de ce langage:
- Le gain de place.
- Le gain de temps d'écriture.
- Une certaine liberté sur l'orthographe (puisqu'il n'y a pas de règles exactes).

Le SMS est donc particulièrement efficace pour rédiger des textos mais aussi lorsque le facteur temps rentre en ligne de compte, notamment sur les chats et les clients de messagerie instantanée sur internet. Il est aussi, et c'est pervers, fort utile pour ne pas étaler au grand jour toute l'étendue de ses connaissances en orthographe, ce qui n'aide pas à progresser. Bon, on a le droit d'être nul en orthographe, ce n'est pas une tare non plus.

Malgrés ses avantages, il convient tout de même de ne pas généraliser son utilisation en dehors de ces quelques cas et cela pour plusieurs raisons.

Raisons techniques



Il y a quelques années, j'ai eu la chance de suivre des cours de transmissions numériques et de traitement du signal par le biais du CNAM. Ces cours sont d'autant plus intéressants que certains principes sont applicables dans un cadre plus général.

En effet un message écrit n'est rien de plus qu'un signal contenant une information à transmettre. Avant sa transmission, l'information n'est par définition pas connue des récepteurs (personnes ou machines) à qui elle est destinée. Ca paraît bête mais il faut garder ça à l'esprit car c'est une chose très importante. L'émetteur du message doit donc mettre seul tout en oeuvre pour s'assurer de la meilleure transmission possible de l'information.

Plusieurs codages sont nécessaires pour transmettre efficacement un message contenant de l'information. L'un d'eux, le "codage de canal", va ajouter plus ou moins de redondance dans l'information afin que celui qui la réceptionne puisse détecter s'il y a eu ou non une erreur lors de la transmission (cela est d'autant plus efficace que la redondance est importante). Pour un signal numérique par exemple, cela peut se traduire par l'ajout d'un bit de parité au signal qui permet la détection d'une partie des erreurs. Dans la vie quotidienne, vous êtes vous déjà demandé pourquoi on rempli le montant sur un chèque à la fois en chiffres et en lettres?
Un texte en SMS va éliminer de la redondance dans le signal contenant l'information.
- Exemple, je peux remplacer "pourquoi" par "pk" (après tout, j'ai le droit de le faire car il n'y a pas de règles). Si on considère qu'aucun autre mot ne peut être interprété par ces deux lettres (ce dont je ne suis pas certain à 100%), il n'y a pas de perte d'information. Par contre, à la moindre erreur de transmission (une faute de frappe sur un clavier par exemple) le récepteur n'arrivera pas à retrouver le mot. L'information est donc perdue. Le mot d'origine supporte lui une voir plusieurs erreurs sans que cela n'empèche le destinataire du message de faire la correction lui même (pourkoi; porquoi; pourckoi; purqoi...).

Autre cas, la perte d'information avant sa transmission (ce qui revient à faire de la compression d'information). Cela interdit de fait au récepteur la moindre tentative de correction d'erreur. C'est ce qui se passe lorsque plusieurs mots ont la même abréviation.
- Exemple, "C" en langage SMS peut vouloir dire "ses", "ces" ou "c'est" en Français académique. Si le texte qui le contient n'a plus de redondance, il sera impossible au récepteur de savoir si c'est un possessif, un démonstratif ou un verbe. Le texte pourra être interprété de plusieurs manières. Cela est aussi vrai pour la ponctuation tout simplement éliminée.

Les forums de discussion sont des lieux où l'usage du langage SMS n'est pas efficace et est en général très mal perçu.
D'une part en effet, il n'y a pas dans ce cas de limitation du nombre de caractères d'un message.
De même, un forum est différent d'un chat entre autre parceque les discussions se font en décalage dans le temps. L'excuse du gain de temps ne se justifie donc pas pour écrire son message et si on est pressé, il faut garder à l'esprit qu'un sujet sera toujours présent quand on aura plus de temps ensuite pour y répondre.
D'ailleurs, s'il y a effectivement un gain de temps à la rédaction, il ne faut pas oublier que l'on écrit avant tout pour être lu par sans doute plusieurs personnes et que tous ne maitrisent pas ce langage. Si l'on cumule le temps de rédaction et la somme des temps nécessaires à la lecture, je suis près à parier que l'avantage ne va pas au SMS (et mécaniquement surtout si le nombre de lecteurs est important).
Personnellement, j'ai arrêté de lire les textes où l'usage du SMS est intense. La flème de traduire.

Raisons plus générales



Au delà même de ces considérations techniques, je me fais plusieurs réflexions.

Si l'on considère que la finalité est de faire passer au mieux une information (au sens large du terme), il parait logique que la forme ne soit pas un obstacle à la compréhension du fond. La couche de traduction imposée par le SMS est une difficulté supplémentaire dont je pense qu'on peut et qu'on doit s'affranchir si l'on veut communiquer efficacement.

Récemment, un ami m'a prèté "1984" de George Orwell qui décrit un régime totalitaire et les moyens mis en place pour contrôler les masses. L'un de ces moyens est le novlangue, une nouvelle langue appelée à suplanter la langue usuelle. Ce qu'elle a de particulier, c'est qu'une édition du dictionnaire novlangue contient moins de mots que la précédente. L'élimination des mots est continue et de fait entraine l'impossibilité de plus en plus grande d'exprimer des idées contraires à celles du parti au pouvoir.
Je me garderais bien de dire que le SMS est notre novlangue, ce serait absurde pour plusieurs raisons. Cependant, et sans aller dans l'excès, ce parallèle montre que les possibilités offertes par le langage nous permettent de nous exprimer. Plus un langage est pauvre, moins il permet d'exprimer pleinement ses idées, c'est évident.

On pourrait certainement trouver encore d'autres exemples d'utilisations contre productives du langage SMS mais c'est déjà pas mal...
Classé dans : Divers Mots clés : aucun

La bonne information suffit-elle réellement?

Rédigé par -Fred- Aucun commentaire
Étant en train de consulter un forum (du genre gros forum avec plusieurs milliers d'inscrits, je n'en dirai pas plus), je suis resté perplexe. Oui, perplexe face à l'unanimité des intervenants qui renvoient pour leur grande majorité vers un seul et même site dès lors qu'une question porte sur une thématique précise (là non plus, je n'en dirai pas plus). Ce site n'est à priori même pas lié à ce forum.

La qualité de l'information n'est pas nécessairement ce qui me pose problème, car le site en question est complet et répond certainement à nombre d'attentes. Je reste par contre étonnamment surpris par l'absence de pluralisme dans l'information proposée. C'est aussi quelque chose que je recherche dans ces forums de discussion. Alors, je n'arrive toujours pas à comprendre quel bénéfice apporte ce formatage des intervenants et ce monopole de fait. Une démarche qui consiste à se contenter d'une bonne réponse communément admise parmi d'autres est trop risquée à mon goût.

Des sites équivalents au précédent que je n'ai pas cité, il y en a à la pelle, des bons et des moins bons. Pourquoi s'en priver? Des angles de vue différents sont pourtant utiles dans bien des domaines d'autant que pas une personne ou un serveur ne détient la totalité de la connaissance.

A garder en tête...
Classé dans : Divers Mots clés : aucun
Fil RSS des articles de cette catégorie